Quitter
rapidement

Les conséquences de la violence conjugale chez les femmes et les enfants

CONSÉQUENCES DE LA VIOLENCE CONJUGALE SUR LES FEMMES

Subir de la violence, c’est vivre en état d’hyper-vigilance 24 h sur 24. Demeurer dans cet état laisse des traces autant émotionnelles, physiques que psychologiques.

Une victime de violence conjugale peut, par exemple:
  • Avoir une faible estime d’elle-même ;
  • Avoir de la difficulté à s’affirmer, douter de ses perceptions ;
  • Voir son seuil de tolérance à la violence augmenter ;
  • Faire de l’insomnie, des cauchemars, avoir des « flash-back » ;
  • Être anxieuse, angoissée, faire de l’hyperventilation, des crises de panique ;
  • Avoir des pertes d’appétit ou au contraire avoir des épisodes de boulimie, des problèmes digestifs, des maux de tête, des migraines, des baisses d’énergie;
  • Être confuse, ambivalente, avoir des pertes de mémoire, des difficultés de concentration, de la difficulté à s’exprimer;
  • Se sentir coupable, triste, impuissante, méfiante, humiliée;
  • Vivre de l’isolement, de la peur, des problèmes de consommation (drogue, alcool, médicaments), une perte d’emploi;
  • Être dépressive, avoir des idées suicidaires ou tenter de se suicider.

Les deux premières phases servent à prendre le contrôle de sa partenaire : tension et agression; les deux autres visent à récupérer sa partenaire : justification et réconciliation.

Le cycle se répète ainsi à plusieurs reprises pour resserrer toujours plus son étau sur la victime.

La violence conjugale se reconnaît également à sa constance. Elle persiste dans le temps et installe lentement mais sûrement une dynamique qui permet à l’agresseur de garder le contrôle sur sa partenaire. Habituellement, celle-ci sera non seulement atteinte dans son intégrité physique et morale, mais aussi de plus en plus décentrée d’elle-même au profit du conjoint.

Source : « La violence conjugale…c’est quoi au juste » brochure publiée par le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.

CONSÉQUENCES CHEZ LES ENFANTS

Qu’ils y soient exposés, qu’ils en soient les témoins ou encore les victimes directes, les enfants de tout âge souffrent de la violence conjugale.

Ces enfants, tout comme leur mère, sont confrontés à la détresse, à la peur, à la honte, à la colère, à l’impuissance, à l’espoir de changement. Cette violence porte atteinte à leur intégrité, à leur développement psychologique et social, à leur sécurité. Pour ceux qui vivent dans un contexte de violence conjugale, les conséquences sont désastreuses.

En voici quelques-unes :

ENFANTS MOINS DE 2 ANS

  • Perturbation des habitudes d’alimentation et de sommeil
  • Gémissements, crises ou pleurs excessifs

ENFANTS D’ÂGE PRÉSCOLAIRE
(2-4 ANS)

  • Anxiété
  • Tristesse
  • Peurs
  • Crainte de la noirceur
  • Cauchemars
  • Agressivité

ENFANTS D’ÂGE PRIMAIRE
(5-12 ANS)

  • Anxiété
  • Tristesse
  • Peurs
  • Crainte d’être violenté ou abandonné
  • Sentiment d’être responsable de la violence
  • Crainte d’inviter des amis à la maison
  • Repli sur soi
  • Mauvais résultats scolaires
  • Comportements de manipulation ou d’opposition

ADOLESCENTS
(12-18 ANS)

  • Anxiété
  • Peurs
  • Baisse soudaine des résultats scolaires
  • Manque d’estime de soi
  • Décrochage scolaire
  • Dépression
  • Abus de drogue ou d’alcool
  • Grossesse à l’adolescence
  • Fugues
  • Délinquance
  • Violence à l’égard des pairs
  • Manque de respect à l’égard des femmes

© Maison Mikana 2019
Une réalisation de TMR Communications: référencement et création de sites Web.